Display title: 
Cristina Suaña – Hôtels flottants des Uros (Pérou)

Cristina Suaña a lancé sa propre entreprise d’hébergement sur l’une des îles flottantes des Uros Khantati au Pérou. C’est un couple de Hollandais qui lui en a donné l’idée et elle s’est lancée dans cette aventure avant même d’avoir l’eau courante et l’électricité. Dix ans après, l’entreprise de Cristina est une affaire familiale qui s’est développée pour devenir une maison d’hôtes bien équipée de dix chambres, suffisamment grande pour employer tous les membres de sa famille.

Cristina a incité la génération familiale suivante à travailler dans le secteur du tourisme, à commencer par sa fille qui, après des études de tourisme, gère maintenant les réservations de l’hôtel. Par son exemple, Cristina a montré à sa communauté comment le tourisme pouvait contribuer à son bien-être et à l’éducation de ses enfants. 

          

« Je suis Cristina Suaña, et j’habite dans l’île flottante des Uros Khantati. Voici mon témoignage… 

En aymara, « khantati » signifie « aube ».

En réalité, je suis née sur une autre île loin d’ici.  Dans ma jeunesse, je ne savais rien des touristes, j’en avais même très peur. Lorsque j’ai épousé mon mari, je suis venue m’installer ici. Comme toutes les femmes du coin, je tissais pour gagner ma vie et m’occupais de la maison et des enfants.

Un jour, un couple de Hollandais m’a dit : « Cristina, pourquoi ne pas créer une petite maison pour les gens qui souhaiteraient séjourner sur l’île ? ». J’ai trouvé que cette idée fantastique et je me suis dit que peut-être, un jour, cela pourrait marcher.

Nous avons donc commencé par une toute petite chambre et, la première année, nous avons accueilli quatre couples. Maintenant nous fêtons notre dixième anniversaire. Ces premiers touristes nous ont donné des conseils pour nous développer. Je n’ai cessé de travailler au fil de toutes ces années.

Nous attendons toujours l’arrivée d’un touriste ou d’un ami. Nous voulons toujours qu’il reparte vraiment heureux et satisfait de notre entreprise, de notre maison. Nous espérons qu’ils apprécient les lits flottants de notre petite société que nous avons baptisée « L’hôtel aux lits flottants ».

Au début, certains membres de la communauté disaient que nous étions fous. C’est ce qu’affirmait même mon mari : « Tu es folle, personne ne restera ici ». Personne ne croyait que quelqu’un pourrait séjourner ici parce qu’il fait assez froid et qu’il n’y avait ni électricité ni eau.

Mais nous avons tenu bon et de plus en plus de touristes viennent nous voir. Maintenant, lorsque les touristes arrivent ou repartent dans nos petits bateaux, la communauté peut voir que, oui, un projet comme celui-ci est possible et que des touristes viennent séjourner parmi nous.

Aujourd’hui, toute la famille participe à ce travail. Avant il n’y avait que mon mari et moi qui faisions tout. Maintenant, je m’occupe principalement de la cuisine. Mes sœurs et mes cousins m’aident et ils apprennent aussi à gérer la cuisine, ce qui me permet de voyager et de faire d’autres choses.

Mi fille se charge des réservations. Elle gère les réservations et répond aux demandes. C’est elle qui a décidé de faire des études pour que cette affaire prospère. Elle s’est donc formée en tourisme. Elle domine le sujet. En tant que mère, ma plus grande satisfaction est qu’elle soit revenue à la maison après ses études. Maintenant c’est elle la patronne de notre projet.

Mon fils s’occupe des accompagnements. C’est lui qui va chercher les touristes au terminal, aux divers hôtels, à l’aéroport ; il se rend là où se trouvent les touristes. Quant à mon mari, il emmène les touristes à la pêche.

Ma sœur montre nos produits artisanaux aux touristes et leur apprend à les fabriquer.

Le soir, mes neveux jouent de la musique à la plus grande joie du groupe ; nous chantons et dansons. Les enfants ont maintenant envie de poursuivre leurs études. Ils disent : « Je veux être guide, je veux être ceci ou cela, je veux être cuisinier ». Je suis donc très heureuse car désormais je ne suis plus la seule propriétaire de l’entreprise ; elle appartient à toute la famille.

Nous sommes une très grande famille. Nous étions dix frères et sœurs. Deux sont décédés, nous ne sommes plus que huit. Nous avons connu des temps très difficiles dans ma famille, avec mes parents. Je pense que si ce projet n’avait pas existé, j’aurais peut-être continué à vivre sur mon île, loin d’ici, à travailler dans la pêche vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il y avait des jours où les prises étaient bonnes et d’autres où nos filets étaient vides, des jours où nous avions quelque chose à manger et d’autres où nous n’avions rien à nous mettre sous la dent. Mais maintenant, avec cette entreprise, j’ai appris à subvenir aux besoins alimentaires de ma famille et mes enfants peuvent aussi faire des études.

Je pense que notre projet peut être qualifié de durable car nous prenons soin de notre environnement tout en respectant notre peuple. Nous revalorisons notre identité. Maintenant, nous demandons à nos grands-parents, à nos aînés « Comment étions-nous dans le passé, d’où venons-nous… ? ». Ça m’aide à comprendre mes origines.

Je dis toujours à nos frères des autres communautés : « Consacrez du temps à la formation, à apprendre à gérer ce genre d’entreprises. Avec chaque client, vous gagnerez toujours quelque chose et pensez toujours en termes d’expansion, d’expansion, d’expansion » comme nous l’avons fait. Maintenant, nous avons dix chambres et vingt lits, et nous avons aussi acheté cette plateforme pour agrandir notre cuisine et notre salle à manger. Nous avons fait l’acquisition de panneaux solaires. Nous nous occupons du transport et nous construisons de nouvelles maisons. Je conseille donc toujours à mes frères de consacrer du temps à la formation et d’investir dans l’achat et le fonctionnement de leur entreprise.

Je rêve de créer une petite agence de voyage pour que les touristes étrangers viennent directement chez nous, dans divers endroits de notre pays. Ça pourrait être à Cuzco, Arequipa, Lima, Lambayeque… À plusieurs endroits, là où nos communautés peuvent recevoir des touristes. C’est notre rêve ».

Updated information will be available always in English and Spanish, whereas information in French will be available shortly after.