Display title: 
Nguyen Thi Ba - Viet Nam's ladies of the river (Viet Nam)

Trang An, dans la région du delta du Fleuve rouge, au nord-est du Viet Nam, constitue un complexe naturel et culturel unique ainsi qu’un « musée géologique de plein air » riche d’une faune et d’une flore sauvages et d’une vaste tradition artisanale. Jusqu’à présent, les habitants de la région travaillaient généralement dans l’agriculture qui ne leur procurait que de très maigres revenus mais lorsque la destination a commencé à attirer des touristes, ils se sont mis à travailler pour satisfaire les besoins des touristes, ce qui les a bien aidés à améliorer les conditions économiques de la communauté.

Nguyen Thi Ba est une mère célibataire vietnamienne dont la vie a été transformée lorsque les touristes sont arrivés. Au début, le travail de Nguyen dans l’agriculture et la broderie ne suffisait jamais à entretenir une maison et alimenter ses deux garçons. Lorsqu’une entreprise touristique l’a embauchée comme rameuse sur des barques pour touristes, Nguyen a gagné de quoi construire une maison avec une toiture en tuiles et offrir une bonne vie à ses enfants. Elle estime que le tourisme l’a non seulement aidée à subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille mais qu’il a aussi enrichi sa vie en lui apprenant maintes choses sur ce secteur et de nombreuses cultures et en lui laissant de bons souvenirs des moments partagés avec les visiteurs.

 

          
 

« Je m’appelle Nguyen Thi Ba, et voici mon témoignage…

J’ai 57 ans. Je suis née et j’ai grandi dans la commune de Truong Yen, dans le district de Hoa Lu, province de Ninh Binh. Ma vie familiale a été très dure ; mon mari m’a abandonnée pour une autre femme lorsque j’étais enceinte de trois mois de notre second enfant.

Avant, j’avais beaucoup de mal à élever mes enfants ; nous vivions principalement de la culture du riz ainsi que de l’élevage de cochons et de volaille. Il fallait donc que je veille tard le soir pour faire de la broderie. Mon seul souhait était de gagner suffisamment d’argent pour élever mes deux enfants, je n’avais pas d’autre rêve.

Ces dernières années, en plus de l’agriculture et de l’élevage de cochons et de volaille, je travaille aussi comme rameuse sur une barque pour touristes à Trang An. J’ai mis de côté suffisamment d’argent pour construire une maison avec une toiture en tuiles qui me protège de la pluie et des orages. Mais surtout, mes fils ont une bonne vie, ce qui me rend très heureuse. Je travaille toujours pour mettre de l’argent de côté au cas où je tomberais malade.

Je promène de nombreux touristes sur cette rivière. Certains sont faciles à satisfaire et d’autres moins, mais j’encourage toujours les autres rameurs à être aimables et accueillants avec les touristes. Pendant les excursions, nous parlons souvent à nos touristes de la beauté naturelle ainsi que de la culture et de l’histoire de Trang An. Ce travail me convient tout à fait, et j’aimerais continuer de l’exercer pendant longtemps.

Pour ramer, il faut être en bonne santé. Or, j’ai peur qu’il ne me soit plus possible, dans les années à venir, lorsque je serai plus âgée et plus faible, de travailler comme rameuse. Lorsque ce moment arrivera, je travaillerai à la ferme et m’occuperai de mes petits-enfants. Mes deux fils veilleront sur moi et ils continueront à faire ce travail pour moi.

Grâce à cet emploi, la vie de ma famille a prospéré. J’ai gagné de l’argent pour construire ma maison.

Avant, lorsque je n’étais pas rameuse pour les touristes, mes revenus provenaient principalement de la rizière et je gagnais quelque 300 000 VND par mois. Depuis que j’ai été recrutée par l’entreprise Xuan Truong pour travailler comme rameuse à Trang An, je gagne entre 2 et 2,5 millions de VND par mois. À l’époque du festival, j’arrive à gagner plus de 3 millions de VND.

En outre, je rencontre beaucoup de personnes et j’ai de plus en plus de connaissances sur le tourisme, et en particulier les différentes cultures. J’ai d’excellents souvenirs de mes contacts avec les visiteurs ».

Updated information will be available always in English and Spanish, whereas information in French will be available shortly after.